Le Comité 21 en action
Pour tout savoir sur l'appropriation des ODD par les acteurs français
Depuis 2016, la France est engagée dans la mise en œuvre de l’Agenda 2030, composé de 17 Objectifs de développement durable (ODD) adoptés en 2015, et qui devront être accomplis dans les 15 prochaines années. Ces ODD renouvellent la feuille de route de Rio 1992 et l'Agenda 21 dont est issu le Comité 21. Ils s’adressent à tous les pays et entraînent tous les acteurs, notamment non-étatiques, dans la dynamique d’un développement vertueux, pérenne et juste. Pour Bettina Laville, Présidente du Comité 21, « leur portée universelle dessine pour le 21ème siècle les directions d’un monde connecté, qui tisse une trame de solidarité entre les individus et les groupes ». Mais après plus d’un an de mise en œuvre, quelle est l’état d’appropriation des ODD par les acteurs non étatiques français ? Le Comité 21 publie aujourd’hui un rapport sur la question, fruit d’un travail collectif avec ses adhérents et partenaires.

Le Comité 21, premier réseau d'acteurs du développement durable en France, initie en 2017 un rapport destiné à évaluer le niveau d'appropriation de l’Agenda 2030 et ses 17 ODD par les acteurs non-étatiques français. Fruit d’un travail collectif, ce rapport identifie de nombreuses initiatives concrètes, mais souvent trop isolées, et vise à amorcer des partenariats et des coalitions permettant la massification progressive des bonnes pratiques et des comportements afin de favoriser l'acculturation des ODD dans la société française.  
Cette première édition présente et analyse les contributions d'un échantillon de 49 acteurs non-étatiques volontaires,
représentants d’entreprises, de collectivités territoriales, du monde de l’enseignement, d’ONG et de la recherche, dont la plupart sont membres du Comité 21. Elle sera enrichie en 2018 et 2019 par d'autres concours, notamment par les acteurs des territoires dans le cadre d'un « Tour de France des ODD » engagé dès cette année. 

Les trois questions posées aux contributeurs portaient à la fois sur :
  • une appréciation générale de l'état de sensibilisation des acteurs non-étatiques français sur l’Agenda 2030 et ses 17 ODD à la mi-2017 ;
  • les outils à disposition des acteurs pour l’utilisation, la mise en œuvre et l’évaluation de ce nouveau cadre universel que constituent les ODD ;
  • les recommandations à formuler pour leur meilleure appropriation.
Dans l'ensemble, la connaissance des ODD et leur appropriation sont encore jugées limitées et superficielles, à la fois parce que ces Objectifs sont relativement récents et encore réservés aux initiés, mais aussi parce que leur déclinaison peut sembler difficile, du fait de leur universalité, du nombre des cibles visées et de leurs interrelations. Pour Martine Combemale, Directrice fondatrice de l’ONG Ressources Humaines sans frontières « l’appropriation des ODD passe avant tout par l’information et la sensibilisation au plus près des préoccupations du terrain ». Pour qu’ils soient appropriés et mis en œuvre, un des enjeux principaux réside bien dans la territorialisation des ODD. Pour Alain Rousset, Président de la région Nouvelle Aquitaine, « les ODD sont une opportunité pour donner du sens à l’action publique ».

Parallèlement, les contributions font état d'une sensibilisation des acteurs en réelle augmentation et d'une pleine conscience que les ODD représentent une véritable opportunité pour adapter et repenser notre modèle socio-économique pour une « vision universelle, intégrée et de transformation pour un monde meilleur », voulue, à travers l'Agenda 2030, par Ban Ki-Moon, et son successeur, António Guterres. Ainsi, la plupart des entreprises pensent qu’elles doivent s’emparer des ODD comme d’une référence pour progresser, se mettre en synergie et rendre compte du chemin qu’il reste à parcourir.
 
Face à ce constat mitigé, les auteurs des contributions formulent de nombreuses recommandations susceptibles d'améliorer la connaissance et l'appropriation des ODD par la société civile, qu'on peut classer en plusieurs groupes : la mobilisation politique et stratégique ; les plateformes et les réseaux ; les outils d'évaluation et de suivi ; les moyens financiers ; la participation et la citoyenneté ; l'aide au développement et la coopération internationale.   Cette publication collective écrit donc quelques lignes du récit que proposent les ODD aux habitants de la planète : une nouvelle culture commune et l'expression d'une nouvelle citoyenneté écologique ; le dessein d'une ouverture internationale et européenne renouvelée, en réaction aux tentations de la peur et du repli et porteur d'une nouvelle mondialisation ; l'affirmation de notre responsabilité, individuelle et collective, pour donner du sens à l'action publique comme à nos engagements privés ; une vision partagée, par le dialogue et l'échange entre les parties prenantes.

Ce rapport et ces concours volontaires seront versés à la corbeille que la France apportera au Forum Politique de Haut Niveau, organisé par les Nations Unies qui se tiendra cette année du 10 au 19 juillet  et qui, chaque année, examinera la bonne application des ODD.

Avec le soutien des Ministères de l’Europe et des Affaires étrangères, et de la Transition Ecologique et Solidaire, et du Groupe Caisse des Dépôts

Rapport Appropriation des ODD par les acteurs français
Communiqué de presse
Retrouvez la vidéo live du débat du 26 juin sur twitter en 2 parties :
1ère partie (56 mn) et 2ème partie (36 mn)
Posté le 31/08/2017
La newsletter du Comité 21 vient de sortir sur l'ODD 17 Partenariats
Pouvez-vous nous rappeler la mission du Rameau et son périmètre d'action, autour des alliances innovantes au service du bien commun, en lien avec l’ODD17 « Partenariats pour la réalisation des objectifs » ?

 Face aux fragilités grandissantes sur leur territoire, 69% des Français, 81% des dirigeants d’entreprise, 86% des responsables associatifs, et 87% des maires plébiscitent des alliances innovantes pour réduire les fragilités et inventer de nouveaux moteurs de croissance et d’emplois*. Ce « devoir d’alliances » n’est pas seulement un besoin, c’est une réalité en construction. 76% des maires considèrent que leur territoire est entré dans une dynamique de co-construction… mais 46% d’entre eux ne savent pas comment faire concrètement. Depuis 2006, Le Rameau observe ce mouvement. Il mène des expérimentations innovantes pour comprendre les leviers et les freins au développement d’alliances innovantes au service du bien commun. Capitalisés, modélisés et rendus accessibles en « open source », ces travaux sont mis à disposition des organisations et des territoires, en partenariats avec les institutions et les réseaux concernés. Mentionnons en particulier trois enjeux : le changement d’échelle de l’innovation sociétale, la co-construction territoriale, et l’émergence de modèles socio-économiques hybrides.  

Quels sont les enjeux principaux de partenariats que vous identifiez ? Pouvez-vous nous donner quelques exemples de projets innovants multi-acteurs développés dans des territoires ?
 

Après une décennie de recherche empirique, les résultats démontrent que les impacts des partenariats stratégiques sont concrets. Performance des organisations impliquées, accélération de l’innovation sociétale & territoriale, et accroissement de la confiance en sont les fruits. Concernant la performance, l’exemple marquant est l’AFM Téléthon : sans l’engagement des Français, mais aussi des scientifiques, des acteurs publics et des entreprises, la France ne serait pas leader mondial des biothérapies génétiques et cellulaires. Grâce à un modèle partenarial innovant, le 1er laboratoire pharmaceutique d’intérêt général au monde est en cours de construction sur Evry. Concernant l’innovation, l’action radicalement novatrice du fonds d’innovation AG2R LA MONDIALE est exemplaire en matière de soutien au changement d’échelle de l’innovation sociétale. Au-delà du financement, il s’agit d’accompagner très concrètement les projets à très forte utilité sociétale, et de co-construire avec eux. La Caisse des Dépôts s’inspire de cette initiative pour proposer un nouveau dispositif collectif. Concernant la confiance, c’est sur les territoires que les impacts de la co-construction sont les plus visibles. La dynamique « Agir ensemble à Charenton & à Saint Maurice (94) » en est une illustration. Sur deux communes de 45.000 habitants, c’est plus de 150 dirigeants d’organisations – associations & entreprises – qui se mobilisent pour bâtir ensemble des actions concrètes au service des enjeux de leur territoire.    

Quelle dynamique à mettre en place pour développer de nouveaux modèles de partenariats ? Quelles recommandations préconisez-vous afin de déployer des solutions innovantes pour la réussite de l’Agenda 2030 ?


  L’ODD 17 est déjà une réalité en France, sachons l’observer et la promouvoir. Elle est très incarnée dans les territoires. Pour favoriser et amplifier ce mouvement, trois conditions sont essentielles :
-          Valoriser les partenariats existants et les écosystèmes qui les facilitent. La France est en cours de rattrapage de son retard dû à un cloisonnement particulièrement fort entre les mondes. Appuyons-nous sur les pratiques des pionniers pour accélérer.
-          Reconnaitre un « droit d’expérimentation partenariale » pour limiter les risques que prennent les partenaires. Aujourd’hui, les freins techniques – juridiques, sociaux, fiscaux et d’accès au droit commun – sont très lourds pour les partenariats stratégiques. Il convient d’offrir un cadre adapté au développement des alliances innovantes.
-          Accompagner les organisations et les territoires avec des démarches adaptées à leurs objectifs et à leur maturité. Il n’existe pas de « solution miracle », mais au contraire une diversité de formes de co-construction. Elle permet à chacun de découvrir progressivement la valeur ajoutée partagée d’une telle dynamique. Donnons-nous collectivement les moyens d’accompagner ce mouvement. Soulignons en particulier le rôle structurant du Comité 21.
(Ré)enchantons le monde ! Des solutions existent pour relever nos défis collectifs, et la co-construction est une méthode efficace. Sachons donc redonner espoir dans notre capacité collective à répondre aux enjeux de ce début de XXIème siècle.  
* Etudes PHARE de l’Observatoire des partenariats auprès des citoyens, des maires, des associations et des entreprises (COMISIS – OpinionWay, 2015-2016) www.lerameau.fr/

A lire

Posté le 29/06/2017
Parution de la note sur les rapports développement durable 2015 des adhérents du Comité 21
Comme tous les ans, le Comité 21 a effectué la lecture et la valorisation des rapports de développement durable de ses adhérents. En 2015, le Comité 21 vous propose de découvrir synthétiquement 73 rapports annuels dont 38 rapports de collectivités, 29 rapports d'entreprises, et pour la première fois, 4 rapports d'établissements d'enseignement supérieur ! C’est l’approche multi-acteurs du Comité 21 qui transparait ici et se confirme par notre choix de promouvoir et d’accompagner également les associations pour une plus grande prise en compte de leur responsabilité sociétale qui donnera peut-être lieu demain à la publication de leur propre rapport. Autre nouveauté cette année : nous avons fait le choix de présenter les rapports des collectivités non par ordre alphabétique, mais selon leur région d’appartenance, en rapprochant les régions amenées à fusionner en 2016. Après les longs débats sur les compétences préalables à l’adoption de la loi de réforme territoriales, et à quelques semaines des élections régionales et de la fusion des régions, il nous semble indispensable de proposer une vision croisée des enjeux, des actions et des indicateurs des collectivités d’un même grand territoire. Nous présentons également une analyse sous forme de « regards croisés » sur l’action et le reporting des entreprises et des collectivités qui fait suite à la rencontre du 17 novembre 2015 dédiée aux rapports de développement durable. Collectivités et entreprises se rejoignent notamment sur trois enjeux : la biodiversité, le climat et les achats responsables. 56 pages.
A télécharger
>> Note 21 Reporting 2015
Posté le 18/12/2015
Nouvel ouvrage du Comité 21 Agir ensemble pour des mobilités urbaines durables
A l'occasion de la rencontre-débat avec Bruno Lechevin, président de l'ADEME, Comité 21 a présenté son nouvel ouvrage Du quartier au territoire : agir ensemble pour des mobilités urbaines durables. Cet ouvrage présente les changements qui sont déjà à l'oeuvre dans les politiques publiques, les technologies et les comportements en faveur de nouvelles mobilités urbaines, notamment à travers le développement des alternatives à la voiture individuelle. Mais il propose d'aller plus loin ! Il dessine les contours d'une bonne gouvernance de la mobilité durable et aborde les questions des financements, de la maîtrise foncière et l'aménagement du territoire. Ce guide de 224 pages recouvre plusieurs domaines d'actions qui font système autour d'elle : le changement des comportements, l'apport des nouvelles technologies, la santé humaine mais aussi la biodiversité, la cohésion sociale, l'emploi et la création de nouvelles activités. Dans une approche intégrée et collaborative, il s'adresse à toutes les parties prenantes de la mobilité, de l'usager au sociologue, du directeur des ressources humaines à l'étudiant, de l'élu à l'urbaniste. Rédigé par Elise Gaultier, responsable du programme Territoires durables au Comité 21, cet ouvrage s'appuie sur les retours d'expériences de ses adhérents et partenaires, qui ont contribué à l'enrichir et l'illustrer.
Une co-édition Comité 21 et Victoires Editions
Communiqué
Présentation de l'ouvrage
Bon de commande
Elise Gaultier - gaultier@comite21.org
Posté le 30/04/2014
Nouvelle publication du Comité 21 : Vers un nouveau modèle urbain ?
Le Comité 21 publie un nouvel ouvrage intitulé Du quartier à la ville durable, vers un nouveau modèle urbain ? Alors que l’État relance son plan Ecoquartiers et que les initiatives pour un urbanisme durable se multiplient en France et à l’étranger, le Comité 21 livre sa vision de la ville durable, à travers cet ouvrage qui propose des réponses concrètes, assorties d’une centaine d’exemples. Après l’expérimentation des écoquartiers, il est urgent de changer d’échelle pour passer à la ville durable. L'auteur, Antoine Charlot, responsable du programme Territoires durables du Comité 21, précise  que « la ville durable ne peut se résumer à un cortège de maisons passives ou à la construction d’un éco-quartier. Elle représente un changement radical du modèle urbain, qui doit dépasser les seules mesures environnementales ! ».
Edition du Comité 21 - auteur : Antoine Charlot, responsable du programme Territoires durables en collaboration avec l’AMGVF et avec le soutien de la Caisse des dépôts, de GDF SUEZ et de Vinci 160 pages - 20 euros
à commander auprès de Claire Sehier –
sehier@comite21.org
Un exemplaire de l'ouvrage sera adressé aux présidents et maires adhérents du Comité 21.

Télécharger le communiqué
Télécharger la présentation
Télécharger le bon de commande

Ecoutez le reportage de Pascale Marcaggi de Radio Ethic sur la Ville durable dans la rubrique Habitat et Mobilité durables, tous les jours à 17h, avec les interviews de :
- Gilles Berhault, président du Comité 21
- Michèle Pappalardo, commissaire générale au développement durable
- Bettina Lavile, présidente du Comité de prospective du Comité 21
- Anne Gellé, maire-adjointe de la ville d'Argenteuil
- Antoine Charlot, auteur de l'ouvrage et responsable du programme Territoires durables
Posté le 02/05/2011
Le développement durable : adoptez-le en famille !
Le Centre de Découverte du Monde Marin (CDMM) invite les familles à s’engager en faveur du développement durable a travers un guide de 48 pages, Le Développement Durable en Famille, dans lequel il fournit toutes les pistes méthodologiques menant petits et grands aux éco-gestes du quotidien. Ce guide, conçu en collaboration avec le Comité 21, propose aux lecteurs d’effectuer le bilan de l’engagement familial à travers un questionnaire qui porte sur les usages dans les domaines de l’énergie, les transports, l’eau, les déchets, l’alimentation, la consommation, l’habitation et les milieux naturels. Il s’agit d’une auto-évaluation qui contribue à déterminer les secteurs nécessitant un plus grand investissement des membres de la famille puis à établir un programme d’actions adapté à la situation et aux moyens de chacun. Le guide fournit également une multitude d’exemples d’éco-gestes grâce à des fiches thématiques qui décrivent les conséquences des comportements sur l’environnement tout en apprenant à reconnaître les labels et logos. Renseignements au 04 93 55 33 33.
>> Télécharger le guide
Posté le 21/01/2011
037Autres initiatives
Evénements
Outils pour agir
  • Landerneau mobilise ses habitants pour son second Agenda 21
  • Le réseau départemental des Pyrénées-Orientales pour les communes en Agenda 21
  • Le COREN publie un nouvel outil L'Agenda 21 scolaire en 21 questions