Europe et monde

Tchad : N'Djaména adopte un Agenda 21 pour aménager les berges des fleuves Chari et Logone

N'Djaména, la capitale tchadienne, a décidé de se doter d'un Agenda 21 en mai 2012 afin d’aménager les berges des fleuves Chari et Logone, limiter les dégâts liés aux érosions et garantir ainsi le développement durable de son territoire. Pendant les périodes de hautes eaux, les berges jouent un rôle protecteur en préservant d'importants quartiers et secteurs d'activités des crues. Pendant les périodes de basses eaux, elles se transforment en vastes périmètres de maraîchage. Après chaque hivernage, les deux fleuves se rencontrent pour se jeter au Lac Tchad, élargissant ainsi leurs berges. Les immeubles situés le long du fleuve Chari sont menacés de disparition et des accidents liés à l’érosion peuvent arriver. De plus, aucun aménagement n'a été fait pour permettre aux citadins de profiter de ces fleuves. Pour répondre à ces enjeux, l'Agenda 21 de N'Djaména s'oriente sur cinq thématiques : protection et valorisation des berges, aménagement d'espaces de détente et de sport, lutte contre la pollution des sols et des eaux, promotion des mobilités douces et atténuation des changements climatiques. Des actions visent à conforter les berges pour pérenniser leur fonction protectrice et aménager certains secteurs pour en faire des espaces de ballade et de détente. Ce plan est financé par l’Agence française de développement et s’inscrit dans le cadre du Projet service de base et environnement.
Pour en savoir plus

Gdańsk, ville pionnière de l’Agenda 21 en Pologne

Gdańsk a été la première ville polonaise à élaborer son Agenda 21 local. En 1998, plusieurs réunions avec les citoyens ont été organisées dans six quartiers de la ville pour présenter l’Agenda 21 et le projet d’Agenda 21 local. Suite à ces rendez-vous, un Forum de l’Agenda 21 local a réunis différents acteurs du territoire (représentants des associations écologiques, syndicats, établissements d’enseignement supérieur, commerçants, etc). Leurs recommandations ont été présentées à la municipalité, des objectifs ont été fixés et suivis par des agents en charge de la démarche. L’état de l’environnement était alors très critique : les plages urbaines étaient fermées à cause de la pollution bactérienne et chimique, beaucoup de quartiers n’avaient pas d’égouts, la station d’épuration de la ville ne filtrait les eaux usées que mécaniquement et le reste coulait directement dans la rivière, etc. Aujourd’hui, les plages de Gdańsk sont ouvertes au public, pratiquement toutes les habitations ont été branchées au tout à l’égout et la station d’épuration modernisée fonctionne depuis quinze ans. L’Agenda 21 de Gdańsk a aussi permis aux habitants de s’impliquer dans la planification de l’aménagement du territoire. Cette dynamique participative a été reprise par le Club Ecologique Polonais qui a initié le projet participatif de l’aménagement de la ceinture côtière urbaine de Gdansk en 2010. Après un an de travail, d’enquêtes auprès des habitants, le projet du « jardin de la ville » est né pour que les espaces verts du site restent publics.

Pour en savoir plus

 

Agenda 21 de la ville de Hanovre : l’intercommunalité au service du développement durable

hannover   Ancrée depuis plus de vingt ans dans une politique de développement durable, la Ville de Hanovre (Allemagne) a adopté son Agenda 21 dès 1998. En 2000, l’Exposition Universelle qui s’y déroule lui offre un cadre pour présenter son écoquartier Kronsberg, encore en expansion. En parallèle, cette province mène également depuis les années 1960 une politique intercommunale très forte, qui a abouti en 2001 à la création de la Région de Hanovre, dans le but de créer une véritable cohérence des actions dans ce nouveau cadre. Sa politique introduit le concept de la ville des « petits pas » : elle réduit les besoins de déplacements de ses habitants en même temps qu’elle leur assure la plus grande proximité des services et équipements. La collectivité s’empare d’un rôle très important en termes de planification, aussi bien en matière de transports collectifs, que d’espaces naturels, ou que de développement économique. L’adoption en 2001 du Schéma de développement commercial structure son travail sur la maîtrise de l’urbanisme et des implantations commerciales. L’aménagement du territoire intercommunal passe par ailleurs par un programme dédié (Programme d’Aménagement du Territoire), dans l’optique de façonner l’espace de manière multipolaire. Ainsi, les lieux sont définis comme des pôles principaux de croissance interconnectés où se concentrent les infrastructures, tandis qu’au niveau rural, on trouvera plutôt des pôles plus retreints. Enfin, le développement des zones rurales est lui aussi contrôlé : certaines peuvent poursuivre leur croissance urbaine, d’autres doivent se limiter, d’après un critère de « croissance territoriale acceptable » (et non de démographie). Les préoccupations écologiques ont permis de guider l’organisation urbaine de cette collectivité du nord de l’Allemagne, avec la participation de ses habitants. Par ce biais, la Ville d’Hanovre et son agglomération ont réussi à allier amélioration de leurs performances énergétiques et cohérence urbaine.

Pour en savoir plus :

Le guide l’écoquartier Kronsberg
L’Agenda 21 de la Ville de Hanovre

 

Imagine Calgary 

 

Au Canada, le développement rapide de Calgary a eu pour effet de multiplier les plans d'action dans différents domaines. Afin d'articuler ces différentes stratégies, la Ville a initié une stratégie de développement durable, « Imagine Calgary », en 2005. Des bénévoles sont allés à la rencontre de 18 000 habitants dans différents espaces publics afin de leur demander d’imaginer leur ville dans 100 ans : Qu’est ce que vivre à Calgary pour vous ? De quoi rêver vous pour les 100 ans à venir ? Que pouvez-vous faire pour rendre cela possible ?, etc. Ces réflexions ont été prises en compte par les différents groupes de pilotage : une équipe d’élus, une table ronde de citoyens, des groupes de travail d’experts, un conseil d’organisations partenaires, une équipe de suivi par des agents municipaux. Adopté pour 2009-2015, le plan d’action « Imagine Calgary » est marqué par une approche globale et très partenariale entre les services de la Ville et avec ses 150 partenaires investis dans la démarche. Cette mise en œuvre collective est facilitée par la structure même du plan : des grands thèmes (système économique et social, gouvernance, environnement naturel, etc.) font l’objet de sous-thématiques qui détaillent 114 cibles à atteindre d’ici 2036 et selon différentes stratégies. Ce plan, agrémenté par des tableaux, exemples d’actions et schémas, est consultable sur le site internet dédié.

Pour en savoir plus

Montréal : « Ensemble pour une métropole durable »

montreal métropole durable« Ensemble pour le développement durable » est le message véhiculé par le second Plan de développement de la collectivité montréalaise 2005-2010. Si le premier plan se concentrait sur les questions écologiques, le second est davantage tourné vers des enjeux économiques et sociaux.

 Dans un premier temps, le plan invite les  entreprises et organisations à sensibiliser leurs employés au développement durable.  180 organismes montréalais partenaires se sont engagés à mettre en œuvre au moins 10 actions du plan. Dans un second temps, la ville cherche à mobiliser ses agents par le Plan corporatif de Montréal en développement durable 2010-2015. Enfin, pour rejoindre directement les citoyens, la ville invite les arrondissements à élaborer des plans locaux de développement durable.

Par ailleurs, les projets Quartiers 21 traduisent les orientations du Plan de développement durable à l’échelle locale. Ce programme soutien et finance sur trois ans des projets d’organismes locaux qui favorisent la sensibilisation et la participation des citoyens au développement durable. A titre d’exemple, les initiatives concernent la promotion des transports actifs et collectifs, la revitalisation d’un quartier ou d’une zone commerciale, l’agriculture urbaine, la mise en place de toits verts, l’organisation d’une fête sur l’environnement, etc.

Pour en savoir plus

 

Baie Saint Paul au Québec,

une ville d’Art et de Patrimoine engagée dans le développement durable

La Ville de Baie Saint Paul a forgé son identité dans son patrimoine, classé par l’UNESCO en tant que Réserve mondiale de la biosphère de Charlevoix. Pionnière, elle a adopté le premier Agenda 21 local du Québec en 2006 puis un second en 2011. L’engagement de la ville est lié à la volonté de préserver son patrimoine et aux attentes citoyennes d’une politique de développement durable. En 2005, six séances publiques ont regroupé les secteurs touristique, commercial, manufacturier, de la culture, des arts, du patrimoine, du paysage, de l’environnement, du social, de la santé, de la foresterie, etc. L’Agenda retient 10 principes inspirés par Rio et la Loi québécoise sur le développement durable de 2006 dont la protection de l’environnement et la protection du patrimoine naturel.

Parmi les réalisations notables de ce plan, Habitat-07 fait figure d’exemple d’un développement intégré. Une équipe transdisciplinaire, en coopération avec les habitants, était chargée de réaliser un bâtiment original avec des techniques écologiques. Ce poste d’accueil du boisé du Quai est transformé en centre d’interprétation en période estivale. Habitat-07 a fait l’objet d’une série télévisée et accueille 6000 à 8000 visiteurs par ans. Il vise ainsi à sensibiliser et informer la population sur les énergies nouvelles et sur les pratiques liées au développement durable.

Pour en savoir plus sur l’Agenda 21 de Baie Saint Paul et Habitat-07

 

L’Agenda Iris 21 : coopération décentralisée dans l’élaboration des Agenda 21 de la Région de Bruxelles

agenda iris 21En Belgique, dans la région de Bruxelles, le déploiement des Agenda 21 locaux se fait grâce au programme « Agenda Iris 21 ». Ce programme vise à encourager les communes et les CPAS (Centres publics d’action sociale) à mettre en place des Agenda 21 à l’échelle communale par un système d’appel à projets annuel. C’est l’administration de l’environnement de Bruxelles-Capitale qui est porteuse depuis 2007 de ce soutien financier et méthodologique. En effet, cet accompagnement touche au projet de sa conception à sa réalisation. Deux types de projets sont concernés : la mise en place d’un Agenda 21 ou la réalisation d’un projet durable exemplaire. Depuis, ce sont quelques 19 Agenda 21 locaux et 9 projets durables exemplaires qui sont nés de ce programme. Lorsque le plan d’actions est rédigé, les collectivités ont à nouveau la possibilité de répondre à un second appel à projets de la Région pour les aider sous forme d’un « soutien de transition » dans la mise en œuvre du programme d’actions. L’intérêt principal de cette démarche réside dans le support apporté aux politiques locales par la Région, mais aussi par la participation d’autres acteurs pour l’aide méthodologique, qui sont la Fondation pour les Générations Futures et l’Association de la Ville et des Communes de la Région Bruxelles-Capitale.

Pour en savoir plus

 

La construction d’Agenda 21 à Macarena, en Amazonie colombienne : du temps pour l’action

amazonie Contexte social difficile, économie instable, environnement particulièrement fragile : la construction d’un Agenda 21 à Macarena (Colombie), s’annonçait laborieuse. En effet, la région est confrontée à des problématiques sociales (cultures illicites, affrontements pour l’occupation du territoire entre paysans, policiers et guérilla), politiques (absence marquée de l’Etat, mauvaise articulation des interventions institutionnelles), économiques (économie non exogène, économie liée aux cultures illicites), cela sur un territoire déclaré « zone aire protégée » par le gouvernement colombien. Pourtant, une élaboration lente en concertée avec tous les acteurs de la région permet aujourd’hui de pouvoir envisager un plan d’actions d’ici à 2019. Car à travers son caractère pluridimensionnel et mobilisateur, l’Agenda 21 permet d’impliquer les différents groupes d’habitants et de les responsabiliser vis-à-vis de leur territoire. Cette mobilisation s’est notamment faite grâce à des ateliers, dont les thématiques ont été les suivantes : gouvernabilité démocratique ; bien-être, équité et interculturalité ; territoire et durabilité environnementale. Cette démarche de long cours (le premier diagnostic date de 2000) se heurte à des difficultés d’articulation des politiques publiques (voir de leur absence) qui freinent le processus Agenda 21. Son objectif reste cependant de s’assurer de la cohésion des membres du territoire et de l’adhésion à ce plan de développement social et territorial, qui donnera ainsi plus de corps aux notions de développement durable.

Pour plus d’informations

 

L'Agenda 21 de SFAX - Tunisie

Le Conseil municipal de la ville de Sfax a adopté le document final de l'Agenda 21 local de la Médina de Sfax en décembre 2010.
Le programme de l'Agenda 21 comporte cinq thèmes stratégiques ayant pour objectif d'améliorer la qualité de la vie dans la médina, à travers la mise à niveau de l'infrastructure, la préservation de l'environnement et de la propreté ou encore la sauvegarde des monuments de la vieille ville. A cet effet, une banque de données sera créée, portant sur les spécificités du patrimoine, les études, les recherches universitaires et les documents sur la Médina, outre le lancement d'un site web par l'Association de sauvegarde de la Médina.

Actualités Europe et monde - Afficher toute la liste
Ouverture du club ViTECC aux collectivités territoriales
Actif depuis 2008, le club ViTECC est coordonné par I4CE - Institute for Climate Economics fondé par la Caisse des Dépôts et l’AFD - en partenariat avec Météo France et l’ONERC (Ministère de l’Environnement). Il est devenu un lieu privilégié d’échanges et de débats non partisans entre décideurs territoriaux et offre une expertise reconnue sur les impacts du changement climatique et les mécanismes de financements innovants des politiques énergie et climat. Pour continuer de mener à bien leur mission d'accompagnement de la mise en œuvre de la transition énergétique et renforcer les compétences des territoires, les partenaires du Club ont décidé de faire évoluer le modèle du Club ViTECC en proposant aux collectivités territoriales un accès libre au Club. Toutes les collectivités souhaitant rejoindre le Club ou simplement en savoir plus sur cette dynamique collective sont invitées à la prochaine réunion qui se tiendra le 4 avril à Paris, durant laquelle trois thèmes seront abordés : le tourisme et le changement climatique, la certification des projets urbains durables, et les liens entre transition numérique et transition énergétique. Pour en savoir plusCécile Bordier.
Posté le 22/03/2017
Appel à idées FICOL : l’AFD soutient les collectivités solidaires
L’agence française de développement (AFD) lance un appel à idées dans le cadre de la Facilité de financement des collectivités territoriales françaises (FICOL), destinée à financer des projets dans les pays en développement. Chaque échelon de collectivités territoriales françaises peut déposer une candidature, du 31 mars au 15 juin 2017. L’initiative doit s’établir sur le territoire d’une collectivité territoriale étrangère unique, et peut concerner l’ensemble des thématiques liées au développement durable, avec un accent mis cette année sur la transition numérique et la lutte contre le réchauffement climatique. Les propositions visant des territoires où l’influence française est habituellement faible seront favorisées. Il est essentiel que les collectivités porteuses de projet soient en cohérence avec les orientations générales de l’AFD, et qu’elles fassent preuve d’autonomie dans la conduite du projet. Cet appel à idée doit aboutir à une convention pluriannuelle d’une durée maximale de trois ans signée entre l’AFD et la collectivité, avec un financement compris entre 200 000 et 700 000 euros, selon les besoins du projet et la situation économique du territoire concerné. Le début des projets est prévu pour le premier semestre 2018. Pour en savoir plus
Posté le 14/02/2017
1128Initiatives de collectivités
Evénements